Australie,  Nos tips

Fruit picking en Australie // Guide Complet

Bienvenue en Australie ! Tu es arrivé depuis quelques mois ou même plusieurs jours, et tu te rends compte qu’un an au pays des kangourou ce n’est pas assez ? Peut-être que tu commences à chercher les solutions pour rester plus longtemps. Dans tes recherches tu as entendu parler des « 88 days » et tu souhaites en savoir plus ! Le principe est de travailler 88 jours dans des secteurs spécifiques pour rester une année ou deux années de plus. Il y a 90 % de chance pour que tu t’intéresses au fruit picking en Australie.

On te donne toutes les explications nécessaires pour que tu trouves du boulot, le garde et que tu valides tes jours de ferme. Mais aussi que tu te fasses de l’argent grâce au fruit picking en Australie ! En 2 ans nous avons travaillé plus de 13 mois en ferme, alors promis nous sommes experts sur le sujet. Prêt pour cette nouvelle expérience ? 

fruit picking en Australie

Pourquoi travailler en ferme ? 

Tu peux t’intéresser au fruit picking en Australie pour plusieurs raisons. La première raison reste pour beaucoup de backpacker de valider facilement ses 88 jours de ferme pour rester une seconde année en Australie. Si tu souhaites rester ou revenir plus tard en Australie pour une troisième année, tu auras besoin cette fois de valider 179 jours pendant ta deuxième année (on t’explique plus bas comment compter tes jours de ferme).

Néanmoins ce n’est pas forcément la seule raison qui peut t’amener à faire tes fermes. Tu peux avoir envie de t’éloigner de la ville et trouver du boulot dans le bush australien. Ou pour financer tes road trips au cours de ton voyage en t’arrêtant sur des courtes périodes. Pour nous, travailler en ferme a été notre seule source de revenus en Australie. Cela nous a permis de valider nos fermes, travailler à deux, profiter de la nature et surtout ce n’était pas nécessaire d’avoir un bon niveau d’anglais. 

Avantages et inconvénients du fruit picking en Australie

Les avantages du fruit picking en Australie sont nombreux, mais les inconvénients aussi. Il faut savoir que travailler en ferme est à la portée de TOUT le monde. Qu’importe ton niveau d’anglais, ta forme physique, la seule chose qui fera la différence, c’est ta motivation et ton mental ! 

Les avantages : 

  • Valider tes « 88 days » afin de rester une année de plus et tes 179 jours pour ta 3e année
  • Faire de l’argent et surtout économiser 
  • Rencontrer de nombreux backpackers 
  • Travailler en extérieur 
  • Possibilité de faire des jobs différents 
  • La liberté, tu peux commencer un job le jour même et arrêter le soir s’il ne te convient pas 

Les inconvénients : 

  • Travail physique, répétitif, généralement ton corps douille les premiers jours d’un nouveau boulot
  • Reculé de la civilisation 
  • Peu de confort 
  • Confronté parfois à des con****s de patron 
  • Moral et motivation mis à l’épreuve 
  • Beaucoup de mauvais plans 
  • Dépendant de la météo et des saisons 
  • En contact avec de nombreux pesticides et produits chimiques
champ en australie

Combien d’argent je peux gagner avec le fruit picking en Australie ? 

Qu’on se le dise, avec le fruit picking en Australie tu peux gagner beaucoup d’argent comme pas du tout. En Australie tu vas être payé à la semaine. La meilleure semaine nous avons gagné 1 600 $ chacun, la moins bonne 400 $. Tu peux économiser 3 000 $ par mois si tu fais attention à tes dépenses et que tu trouves un bon plan ! (On y revient plus tard).

Les différents contrats

Il y a de fortes chances que ton contrat soit en casual (qui se rapproche le plus de l’intérim). Ne sois pas étonné si tu ne signes pas de contrat, c’est normal ! La seule chose qu’il te faut impérativement remplir quand tu commences un nouveau job c’est la déclaration de ton TFN ainsi que les papiers pour ta super-annuation. Mais à part ces documents, tu n’as pas de contrat. Tu es donc libre de partir quand tu le souhaites. Mais sache que ton patron peut également te demander de partir du jour au lendemain

Il est possible également que tu sois en full time (CDI), mais cela est plus rare.

Le salaire minimum en Australie est de 19,84 $/heure en full time. En casual il est majoré de 25 % soit 24,8 $ avant les taxes qui sont de 15%. 

Être payé à l’heure 

Pour être payé 24,8 $/heure, il faut que tu sois payé en « Hourly rate ». Si tu travailles 30 h dans ta semaine, tu gagneras 744 $ (Salaire brut), une heure travaillée est une heure payée. Tu peux avoir une majoration quand tu fais des heures supplémentaires (au-delà de 38 h semaine) ainsi que le week-end et les jours fériés. Aucun fermier n’a voulu nous les payer, donc si tu en trouves un qui te les payes, garde ton bon plan ! 

Être payé au rendement avec du fruit picking en Australie

Tu peux également être payé au « piece rate ». C’est là que cela se complique, on t’explique. 

Tu vas être payé en fonction de ton rendement donc au nombre de fruits/légumes que tu ramasses. Le prix est généralement fixé soit en début de journée par le fermier, soit sur ton contrat « piece rate agremment ». 

Exemple : Si tu es payé 70 $ la bin de pomme (imagine une box de 80 cm de haut, soit 600 L oui ça fait beaucoup de pomme !), et que tu ramasses 2 bins dans ta journée de 8 heures, tu gagneras alors 140 $. 

Au « piece rate », tu peux gagner beaucoup d’argent comme très peu ! Tout va dépendre de la taille des fruits, de la saison, mais aussi de ta motivation et de ta rapidité ! 

Ne te base pas sur ta première journée de travail pour savoir si c’est un bon plan ou non (excepté si tu gagnes moins de 50 $ dans ta journée de 8 heures en te donnant à fond). Au fil des jours, tu prendras en rapidité, tes gestes seront plus précis et tu vas être motivé par l’argent. Attends au moins une semaine pour juger si cela vaut le coup de rester dans ta ferme ou non.

Fairwork 

Tu as un problème avec un fermier ? Il refuse de te payer pour x raisons ? Tu as des doutes sur la légalité de ton contrat ? 

Pour toutes ces questions, n’hésite pas à contacter « FAIR WORK ». C’est un organisme qui s’occupe du respect des travailleurs et des conditions de travail. Souvent une simple évocation de « fair work » auprès de ton patron te permettra de récupérer ton salaire. N’hésite pas à le faire si le fermier n’est pas ouvert à la discussion. 

Ta tenue de fruit picking en Australie

Prêt pour ressembler à un fermier australien ? N’utilise pas tes vêtements de tous les jours pour aller travailler. Tu seras bon pour les jeter au bout de tes jours de fruit picking en Australie.  

On te conseille de t’équiper dans un shop de « Second hand », comme les « Salvos « ou « Vinnies «, tu pourras y trouver des t-shirts (1 $), pantalons en toile (5 $) ou encore des chemises à des prix dérisoires (3 $).  Parfois le fermier peut exiger que tu portes un t-shirt fluorescent, tu en trouveras également. 

Pour les chaussures, Coline a acheté des chaussures de sécurité à Kmart. 50 $ et elles ont tenu tant bien que mal pendant 13 mois alors on ne peut que te les conseiller. 

N’hésite pas à t’équiper de casquette, gants ou protège chaussette (c’est la vie dans les hautes herbes !), afin de travailler dans de bonnes conditions. L’idéal est d’être le plus couvert possible afin de te protéger du soleil.

habit pour ferme australie
Etat du short de Coline après 1 an de ferme

Compter ses jours de ferme, comment cela marche ?

Faire tes jours de fermes te permet d’obtenir jusqu’à trois ans de PVT en Australie. La première année il te faut travailler 3 mois pour valider une deuxième année. Durant ton second visa,  6 mois  pour rester une troisième année. 

Il faut compter ses jours afin de savoir où tu en es. On te conseille de créer une note sur ton téléphone et de l’actualiser chaque semaine en fonction du nombre de jours validés. 

Pour le comptage de tes jours, bon courage ! Les informations sur le site du gouvernement australien sont un peu floues et c’est un GRAND débat entre backpackers ! 

Notre méthode

Voici comment nous avons fonctionné pendant nos 2 ans :

Le « Piece rate » : 1 jour validé dès que tu as gagné 110 $ dans ta journée, si tu gagnes plus cela ne changera rien

L’« Hourly rate » : 1 jour travaillé = 1 jour validé, peu importe le nombre d’heures dans ta journée, cela c’est facile. Quand tu as fait 38 heures ou plus dans ta semaine, tu peux compter 7 jours validés même si tu n’as travaillé que 4 jours. (A l’inverse si tu as fait 74 h dans ta semaine, tu ne peux pas compter 14 jours, ce n’est que 7 jours maximum validés par semaine travaillés).

Si tu restes dans la même ferme pour tes trois mois d’affilés durant ta 1re année ou six mois pendant ta 2e année, tes jours sont validés ! 

Il y a quelques subtilités et ce n’est pas forcément facile d’y voir très clair. Si tu as une question, tu peux essayer de contacter le gouvernement, mais généralement leur réponse reste floue. 

DISCLAIMER 

C’est notre méthode, on ne dit pas qu’elle est fiable à 100 %, mais c’est celle que nous avons utilisée pour compter nos jours pendant 2 ans. Pour la première année il n’y a pas eu de problème, pour la 2e année on te tient au courant le jour où on l’on demande notre visa ! 

Validation d’une année supplémentaire grâce au fruit picking en Australie

Si tu valides tes jours, deux possibilités vont s’offrir à toi : 

– Faire une nouvelle demande alors que tu trouves encore sur le territoire Australien

– Rentrer en France et faire ta demande dès que tu souhaites repartir

Conserve précieusement tes payslips ainsi que les informations sur tes employeurs car tu en aura besoin pour faire ta demande de visa. 

Si tu souhaites enchaîner tes visas, il est possible que tu passes en « bridging ». Dans tous les cas, ton nouveau visa commence le lendemain de l’expiration du précédent, même s’il n’est pas encore accepté. 

Si tu gardes ton second ou troisième visa pour plus tard, c’est le même principe que pour la demande du premier visa. Il s’enclenche à ton arrivée sur le territoire australien. Attention, les délais sont parfois plus longs, alors prends y toi quelques mois avant ton départ. 

Si tu fais tes 88 ou 179 jours, tu n’es pas obligé d’enchaîner ton année directement. Tu peux très bien rentrer en France et revenir des années plus tard. Sache que tu peux faire tes demandes de Working Holiday Visa (PVT)  avant tes 35 ans, donc garde bien tes payslips.

compter jour fruit picking en australie

Où et quand trouver du fruit picking en Australie ?

Le mieux est de suivre le calendrier des saisons, tu peux te procurer le book de l’« Harvest trail ». Mais attention les saisons ont souvent du retard, alors arriver trop tôt ça veut dire patienter pour travailler, mais en général tu auras ta place. Arriver trop tard c’est de ne pas en trouver, car toutes les places sont déjà prises, surtout si la saison à de l’avance.. 

Il ne faut pas hésiter à se déplacer pour trouver du boulot, mais n’y va pas la tête baissée. Renseigne-toi au préalable sur les fermes, les saisons, n’hésite pas à les appeler dans un premier temps pour voir comment cela se passe, quand démarre la saison. Mais le mieux cela restera toujours le bouche-à-oreille, on t’en parle juste après. 

Jeremy pruning

Comment trouver du boulot ?

Tu peux trouver du fruit picking en Australie avec de nombreuses façons différentes : 

Harvest trail 

Bien qu’ils ne nous ont jamais aidés à en trouver, en les appelant il peut arriver qu’ils t’aident dans tes recherches en te donnant des contacts de ferme ou encore d’informer sur l’état d’une saison

Les applications 

Sur les applications « 88 days » et « Wikifarm » de nombreuses fermes sont recensées. Si tu te trouves dans une région, n’hésite pas à tous les appeler pour demander s’il recherche du monde. Tu peux également envoyer des mails, mais le taux de réponse est faible, tu te doutes bien que tu n’es pas le/la seul(e) à envoyer des mails. 

Internet 

Tu y trouveras une multitude d’informations que ce soit sur Facebook, YouTube, Google, les « pages jaunes ». Fais une recherche avec la ville où tu te trouves et le mot « farm » et tu auras souvent une quantité de résultat. 

Gumtree Australia (Le « Bon coin » australien)

De nouvelles offres sont publiées chaque jour. Il faut être très réactif notamment le matin et le soir ! C’est souvent le premier arrivé, le premier servi, alors actualise plusieurs fois par jour pour ne pas louper d’annonce.

Les contractor/hostels

Certaines auberges te proposent parfois de te trouver du boulot, en échange d’une chambre chez eux. Ou ils te prennent un pourcentage de ton salaire. Nous ne sommes jamais passés par un contractor, mais on a parfois entendu des histoires louches et d’arnaques, alors fait attention quand tu t’engages dans quelque chose. 

Les agences d’intérim 

Il y en a généralement dans chaque ville, pour cela il te faudra généralement un CV. Cela ne coûte rien d’aller le déposer, d’envoyer un mail ou de les appeler quand tu recherches du boulot. Pour nous cela a été très concluant à Darwin puisque c’est ainsi qu’on a eu notre job dans la ferme de mangue. En général ils te prennent un petit billet (rien d’exorbitant) en échange de t’avoir trouver du travail.

Le bouche-à-oreille 

Pour nous c’est LA meilleure des solutions. C’est comme cela que l’on a trouvé 80 % de nos jobs. Ainsi tu sais dans quelle ferme tu vas, l’ambiance, le salaire et surtout tu vas éviter les plans foireux. Pour le bouche-à-oreille il faut rencontrer des gens, aller sur des freecamps, les backpacks, les piscines bref tous les endroits où tu peux rencontrer des backpackers. Il nous est arrivé très souvent de filer nos plans jobs à des personnes qu’on venait de rencontrer.

Les bons voyageurs fruit picking en australie

Les différents jobs (parce qu’il n’y a pas que le Fruit picking en Australie) 

Le fruit picking en Australie ce n’est pas juste de la cueillette de fruit, cela englobe de nombreux jobs. 

Tu pourras y faire : 

Du « picking » 

Bien que ce soit le job le plus connu, la récolte de fruits ou de légumes, c’est aussi souvent le plus dur et le moins bien payé. Sur nos 13 mois de ferme, nous avons dû faire 5 mois de picking. 

Il faut beaucoup de dextérité et de motivation pour gagner de l’argent. Mais c’est tout à fait faisable. C’est dans le picking de cerise que nous avons fait nos meilleures journées de salaire.

Du « packing » 

L’emballage de fruits (souvent payé à l’heure) est un job qui est souvent moins physique. Mais dont les conditions de travail sont souvent pénibles. Ce sont des mouvements répétitifs et il fait soit très chaud, soit très froid, car le shed est réfrigéré. Parfois tu ne peux pas écouter de musique, alors c’est toi et tes pensées qui s’affrontent durant de longues heures. Tu n’as pas de pression comme au picking avec ton propre rendement.

Du « pruning » 

La taille des arbres est sûrement un des boulots les plus ennuyants que nous avons fait. Alors c’est génial, car tu es souvent payé à l’heure, tu es au calme, en extérieur et ce n’est pas très physique. Mais c’est surtout très ennuyant. On te conseille d’avoir une bonne playlist et de bons podcasts pour tenir tes 8 heures par jours.

Du « thinning »

La sélection des fruits dans les arbres a été notre premier job en Australie. Il faut sélectionner les plus beaux fruits dans l’arbre afin que la récolte soit parfaite. C’est long, compliqué, tu n’as pas le droit à l’erreur et ça ne paye pas souvent très bien..

Du « fork cliff »

Conduire un chariot élévateur (fenwick) dans le « shed », c’est idéal pour gagner plus d’argent. Le salaire minimum est plus élevé, on te conseille de passer la formation dès ton arrivée en Australie. Si tu as un niveau d’Anglais correct, les 300 $ sont très vite rentabilisés. Tu trouveras du boulot plus facilement et mieux payé.

Conducteur de tracteur

Généralement en ferme il y a toujours quelques postes de conducteur de tracteur, qui ne demande pas de formation particulière. Conduire ce type d’engin n’est pas compliqué. Si tu sais conduire une voiture tu devrais t’en sortir (en ¼ d’heure tu prends la main). Un travail payé à l’heure, mais qui peut être vite ennuyeux.

Farmhand  

C’est la petite main de la ferme, il n’y a pas de définition exacte. Cela englobe beaucoup de petit boulot. Un bon niveau d’anglais est souvent demandé. Ton salaire va être plus élevé. Tu trouves ces jobs dans différentes fermes, les winery, les coton gin, les fermes solaires, les fermes de grains, les mines, etc.

jobs fruit picking en australie

Le bon plan et le plan en OR dans le Fruit picking en Australie !

Le plan en or quand tu l’as, ne le lâche pas ! Tu ne sais pas ce que tu vas trouver par la suite. On a refusé de nombreux jobs, car ils ne correspondaient pas à nos critères.

Un bon plan

Voici pour nous les critères d’un bon plan : 

  • Entre 45 et 50 heures par semaines
  • Pas d’accommodations obligatoires ou moins de 70 $ par semaines
  • Être payé au minimum horaire, soit 24,80 $/h
  • Où tu peux rester au minimum 1 mois et demi.

Tu gagnes environ 1000 $ par semaine et tu économises environ 800 $, soit 3000 $ par mois.

Un plan en or

Le plan EN OR c’est :

  • Un minimum de 60 heures par semaines
  • Une accommodation gratuite ou moins de 30 $/semaine 
  • Payé au minimum horaire ou plus, avec des majorations pour les heures supplémentaires
  • Tu peux y rester 3 mois ou plus

Tu gagnes un minimum 1400 $ par semaine, tu fais des économies de plus de 4800 $ par mois

On est désolé de te décevoir, mais on ne peut pas te donner de plan en or. Tout simplement, car on n’en a pas eu. 

On a eu quelques très bons plans, mais ils n’ont jamais duré très longtemps pour différentes raisons. Le plus important c’est de ne pas accepter un plan foireux où tu vas économiser moins de 500 $ par semaine. 

Les arnaques et plans foireux dans le fruit picking en Australie

Les bons plans peuvent paraître rares, mais les arnaques sont malheureusement nombreuses. Il nous est arrivé lors de nos recherches de tomber sur des fermes qui demandaient 70 $ par jour pour l’accommodation + les repas !!! Plus de 400 $ par semaine ! T’as intérêt à manger de la truffe à tous les repas à ce prix là ! Si une accommodation te paraît trop chère, les conditions de travail dangereuses, des patrons irrespectueux ou tout simplement que tu ne te sens pas bien à un endroit, fui !!

Il nous est arrivé une fois de quitter une ferme au bout d’une semaine pour plusieurs raisons. Nous n’étions pas payés au minimum horaire légal, les pauses n’étaient pas toujours respectées et le patron était très irrespectueux. Nous ne sommes pas venus en Australie pour nous faire traiter comme des « sous-merdes ». On avait la possibilité de faire ce choix. Nous n’étions pas dans la galère financière ou pour nos jours de ferme (on a écrit plus en détail à ce sujet dans l’article sur les erreurs fréquentes en Australie). 

Certains boulots au rendement sont très mal payés. Si après une semaine tu te donnes à fond et que tu n’arrives pas à gagner 150 $ par jour, envisage de partir, pour trouver mieux ailleurs si tu en as la possibilité.

arnaques fruit picking en australie

Les pesticides, ta santé et tes convictions personnelles 

Des sujets importants, bien que compliqué à aborder. On va les aborder plus en détail dans un article dédié. Mais en attendant, il nous semble important d’en parler rapidement. 

Les pesticides dans le fruit picking en Australie

Les pesticides dans le fruit picking en Australie sont énormément présents. Même pour le bio il existe des pesticides bio. Il n’est pas facile de savoir ce que les fermes utilisent réellement dans leurs champs. Concernant le « Roundup », oui il en utilise beaucoup. C’est légal en Australie et quand tu en parles avec eux, c’est naturel comme de l’eau… 

Pour le reste ce n’est pas facile de savoir ce qu’ils utilisent, ils ont tendance à nous dire qu’il n’y a rien.. Mais tu les vois passer des tracteurs avec des pulvérisateurs créant une brume derrière eux. Cela dépose une fine particule sur les cerises que tu ramasses. On sait très bien que ce n’est bon, mais impossible d’en savoir plus. On est loin du bio et de l’agriculture raisonnée.

Ta santé  

Tu vas faire un boulot physique, souvent répétitif et dans des conditions de travail assez difficile. On a travaillé régulièrement sous 40 degrés en plein soleil, plus de 9 h par jour. Quand tu es au rendement, tu ne prends pas toujours de pause déjeuner. Donc de 6 h à 15 h tu ne manges pas (ce n’est pas l’exemple à suivre !). C’est aussi cela la réalité, travailler dans des conditions de travail compliquées pour gagner 200 $ à la fin de ta journée.. 

On a tous les deux eu de nombreuses douleurs dues au boulot. Les mains, le dos, les fesses ou encore les épaules, sache que ton corps prend assez tarif. Une bonne séance d’ostéopathie est indispensable à ton retour en France. 

Tes convictions personnelles et le Fruit picking en Australie

Tu vas rentrer dans le pays du « toujours plus ». C’est de l’agriculture intensive, les champs sont immenses et les principes fondamentaux de l’agriculture ne sont pas respectés ! Pas toujours facile d’être en adéquation avec certaines valeurs. 

Pour notre part, nous avons fait le choix de ne jamais travailler de près ou de loin avec des animaux. Comme dans les ferme laitière, l’élevage de poulet ou encore les abattoirs. C’est contradictoire à nos valeurs. Mais si cela ne te dérange pas, libre à toi de te diriger vers ce type de job. Tu verras la réalité du terrain. 

Quelques contacts de fruit picking en Australie.

Pour t’aider dans tes recherches, voici quelques informations qui devraient t’aider : 

Darwin

La saison des mangues, octobre-novembre : Présente-toi au « Backpacker job center » dans le centre de Darwin, début septembre pour postuler à la ferme d’Accacia Hills. Tu devras payer 70 $, mais tu es sûr d’avoir le job. On a gagné 6 000 $ chacun en 5 semaines donc c’est très très vite rentabilisé.

NSW

Saison des cerises novembre/décembre : À Young et Orange, il faut faire le tour des fermes fin octobre pour Young. Il y en a plein tu trouveras sans problème. On a travaillé à Cherry ex, mais Hallmark est apparemment la meilleure. Il faut postuler avant à Hallmark donc ne pas hésiter à appeler début septembre. À Orange la saison commence début décembre, le mieux c’est de sympathiser avec des Canadiens et de les suivre après. 

Saison des pastèques de janvier à mars : À Griffith il y a plusieurs fermes dont Rombolla et Greenview 

Tasmanie

Saison des cerises en janvier : la saison est très courte (2-3 semaines), mais elle peut être très rentable. On te conseille de trouver le job avant d’y aller, on a entendu parler de Lucaston, Reid fruit et Gleenburn. 

Bon courage dans tes recherches de fruit picking en Australie

Avec toutes ces informations, on espère pour toi que tu arriveras à valider tes jours de ferme pour rester une ou deux année supplémentaire en Working Holiday visa, mais également à faire de l’argent. N’oublie surtout pas, si tu ne te sens pas bien à un endroit FUI ! Tu n’es pas venu en Australie pour te faire souffrir qu’on te manque de respect, etc.. On te promet une expérience riche en émotions et en rencontres

Écris-nous si tu as des questions, on sera content de t’aider ! 

Vive la ferme,

Coline et Jérémy

2 Comments

  • Blog de voyage - Partir Loin

    Hello vous deux,

    très très bon résumé du travail en ferme en Australie.
    Par contre, on a bien ri en voyant l’état de vos vêtements hihi, c’est clairement inévitable.
    C’est intéressant de mentionner tous les avantages (bonne rémunération, rencontre, etc..) mais également, les désavantages qui font clairement partie de cette réalité de backpacker en Australie.
    Je me souviens avoir eu de grosses allergies aux bras à cause de tous les pesticides utulisés dans les champs. Puis comme vous dite, les patrons sont pas toujours les plus sympas ni les plus hônnetes.
    Néanmoins, cela reste une belle expérience humaine où on apprend pas mal de chose.
    Puis, ça permet de prolonger son visa et surtout, d’agrandir notre belle boîte à souvenirs.
    On finit par en rigoler à la fin hihi.

    Antho et Maëva
    https://partirloin.be

    • Coline

      Hello,

      Et oui les vêtements sont bons pour la poubelle après !
      Oui on a aussi fait quelques réactions allergiques, mais nous avons eu de la chance rien avec les mangues !
      Mais oui c’est une très belle expérience et si c’était a refaire on le fait sans hésiter !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.